La fabrique de céramique  Gentil & Bourdet  

 

 

  Création 1901

 1901-1908

 1908-1914

 1914-1922

 1923-1925

 1925-1931

 1931-1947

 


 

 

Maison Luc (nancy)

Création en 1901 :

[1] Un livre du patrimoine sur Boulogne indique :

"Billancourt brillera surtout dans l'histoire constructive de l'époque par la concentration d'établissements spécialisés dans les revêtements et les décors muraux" […] "  Les céramistes, eux, profitent de la proximité de la manufacture de Sèvres [..]. Gentil et Bourdet ont fondé leur propre entreprise rue du vieux pont de Sèvres , abritée dans une ancienne villa construite par H.Guimard ".

[14] L'état des communes de Boulogne à la fin du XIX ème siècle publié en 1905 précise :

"Il convient de mentionner particulièrement, au point de vue de l'originalité de la production, deux maisons présentant une application intéressante de la céramique à la construction :

1° L'usine située rue du vieux pont de sevres, N° 189, sur un terrain de 2300 mètres ( 22 ouvriers et 4 employés, moteur électrique de 8 chevaux actionnant des broyeurs-malayeurs et moulins à émail), s'est fait une spécialité des carrelages en grès avec incrustation mécanique d'émaux et d'un système de montures de boutons de porte (brevet Gentil-Bourdet). L'intérêt présenté par cet établissement provient de l'application qu'il a faite à la construction du grès cérame. Ce dernier comporte lui-même trois modes de fabrication, suivant que le grès est cuit sans émail ou verni, par salage (grès flammé), colorié, mais non flammé ; enfin, à la fois émaillé et flammé. La première catégorie est employée dans la décoration des façades, la seconde est employée comme parements dans la construction, enfin la troisième est utilisée dans les carrelages, revêtements intérieurs ou extérieurs, cheminées, toitures, boutons de porte, boules de rampes, poussoirs électriques, tombeaux, etc.

[57] Le livre « Paris Céramiques » indique

« Une telle volonté d'apprivoiser le langage nouveau, d'en répéter les termes à travers la production massive d'éléments ponctuels, fait l'affaire des fabriques mécanisées. Les plus aptes à se renouveler s'engagent dans une course à laquelle l'irruption du tandem Gentil et Bourdet ne tarde pas à imprimer un tout autre rythme. Alphonse Gentil et Eugène Bourdet, tous deux anciens élèves de Victor Laloux, l'auteur de la gare d'Orsay, ne s'associent qu'en 1905. Ils implantent une usine à Billancourt, aux abords d'un " chalet " de Guimard qu'ils ont acheté ensemble, la " villa Toucy ". Leurs installations n'atteindront jamais les dimensions du complexe industriel des Muller, diversifié dans de multiples productions, de la tuile mécanique aux conduits de canalisation. Cependant, elles bénéficient d'un outillage ultramoderne, mis au service d'une habile démarche commerciale et d'une stupéfiant sensibilité aux évolutions du goût. « 

Installation au 189 rue du vieux pont de Sèvres

Entrée de la Fabrique au bout de la rue

Publicité

 

En fait leur collaboration est beaucoup plus ancienne. Gentil et Bourdet se sont rencontrés à l’école des beaux-arts dans l’atelier de Victor Laloux. Alphonse Gentil fraîchement promu, participe à l’exposition de 1900  et avant Février 1901, avec Eugène Bourdet, ils achètent un four à Boulogne. Ils participent à une exposition à Nancy en février 1901 et ont à l’époque envisagé de s’installer à Nancy, d’où est originaire Eugène Bourdet, et où l’Ecole de Nancy vient de se créer. En Octobre 1901, ils fondent officiellement la société Gentil & Bourdet ; L’enregistrement est fait au tribunal de Paris, et à celui de Nancy. Cependant en Janvier 1903 ils achètent le terrain de 2200 m2 du 189 rue du Vieux Pont de Sèvres, qui jouxte le chalet Guimard, (Celui-ci sera détruit par Renault) et quand en octobre 1903 ils modifient les statuts de la société G&B, cet enregistrement n’est cette fois fait qu’à Paris. Ils ont définitivement décidé de leur implantation.

 

1901-1914 :

Maison Geschwindenhamer (Nancy)

Société Générale (Paris)

 

 


Autour de Nancy :

[42] Un livre sur Nancy précise : " L'industrialisation du bâtiment trouve aussi une réponse partielle dans la production de céramique architecturale... Le grès flammé, avec sa gamme d'une richesse incomparable et la douceur de ses reflets métalliques, était toute désignée pour être l'interprète de l'Art Nouveau. Des céramistes extérieurs à la Lorraine, Bigot pour la villa Majorelle, Gentil et Bourdet pour la demeure de V. Luc réalisent des oeuvres exceptionnelles dont l'ampleur dépasse les moyens de la plupart des commanditaires "

Maison Victor Luc (1901 - 1903)

25 rue de Malzéville

Hermant

MH

Maison Geschwindenhamer (1905)

6 ter quai de la bataille (Nancy)

Gutton Hornecker

MH

 

Boulogne :

[57] Dès sa création, la maison Gentil & Bourdet affiche ses ambitions et dévoile ses méthodes. La façade d'une maison de rapport construite quai d'Orsay (aujourd'hui Anatole-France), par Richard Bouwens Van der Boijen, est entièrement habillée par ses soins de modules identiques, des disques de grès cintrés qui, enchâssés les uns dans les autres tout en laissant apparaître par interstices réguliers le ciment qui les porte, produisent un subtil effet d'écailles. Toujours en 1905, la firme déploie un riche ensemble d'éléments disparates aux parois d'un immeuble ouvrier, dressé comme un éperon à l'embranchement des rues Étex et Lamarck [71]. Cette heureuse disposition, éminemment démonstrative de ce " supplément d'âme " économe de moyens auquel s'attachent les promoteurs d'un habitat populaire, est relayée sans attendre par la publication, non pas d'un simple catalogue, mais d'un véritable " Manuel d'application des grès de Gentil & Bourdet ", appelé à devenir - grâce à son abondance de photos et de croquis cotés - le précieux auxiliaire des entrepreneurs et des architectes.


Médaille d’or , plus haute récompense à l’exposition du Nord de la France Arras 1904,

Caisse Epargne (1904)

6 rue du Clocher (Felletin)

Paquet - Renaudin

 

 

Médaille d’or , plus haute récompense à l’exposition universelle et internationale Liège  1905

Tombeau de la famille Guët (1905)

Cimetière père lachaise 19 ème div. allées des chèvres (Paris 20)

Guët

MH

Immeuble (1905)

27 bis quai Anatole France (Paris 7)

Bouwens .

 

Société Générale (1905-1912)

29 bd Haussmann (Paris 9 eme)

Hermant

MH

Bibliothèque nationale (1906) Salle des Périodiques dite salle Ovale

58 rue de richelieu (Paris 2 eme)

Pascal.

 

Hôtel (1906)

Villa ternes 96 ave ternes (Paris)

Polart

 

Caisse épargne (1906)

25 rue Carnot  Saint-Mihiel (55)

Perin

Attribué

Hôtel particulier (1907)

40 rue Boileau (Paris 16)

Richard - Audiger

 

Hôtel des postes (avant 1908)

place du Maghreb - ex place de la bastille (Oran)

Arnaud

 

Thermes (Contrexeville)

R.A.C (Londres)

Médaille d’or à l'exposition Hispano-Francaise de Saragosse 1908

Grand prix à l'exposition Franco-Britannique de Londres 1908

Monument (1908)

Hanoï

Sculpteur Riviere

sans doute détruit

Villa Marcot (1908)

16 Avenue Thiers (Compiègne)

Sauvage

MH

Royal automobil club (1909)

Londres

Dawis / Mewes

 

Las fabricas universales -magasins Reynaud (1909)

Plaza de la constitution (Mexico)

Ewald

 

Thermes (1909)

Contrexeville

Mewes

 

Immeuble (1909)

16 ave Elisee Reclus (Paris 16)

Barret

 

Grand prix à l'exposition universelle de Bruxelles 1910

Magasin Galeries Lafayette 1910-1912

bd Haussmann / Chaussée d'Antin (Paris 9 eme)

Chanut

Détruit

Piscine Nancy-thermal (1910-1913)

Rue du Sergent Blandan (Nancy)

Lanternier Louis

 

Station de métros (1910-1916)

Paris

Bechman

 

Grand prix à l’ l'exposition internationale de Turin 1911   

Lauréat de la Société Centrale des architectes - fondation Paul Sédille 1912

Opera (1912- 1914)

Nancy

Hornecker

 

Paquebots (1912-1914)

Paquebots Imperator , Vaterland, Bismark

Mewes

Détruits

Groupe scolaire Grenelle (1912)

 22 rue Sextius Michel / 25-27 rue rouelle (Paris 15)

Bonnier

 

 Grand prix à  l'exposition universelle de Gand 1913

Immeuble (1913)

185 rue Belliard (Paris 18)

Deneux

 

Immeuble (1913)

 126 rue de Provence (Paris 8)

 Sauvage

MH Attribué

Immeuble (1913)

34 Rue du bois de Boulogne (Neuilly)

Richard

 

 

Non Daté - Antérieur à 1914 :

Immeuble

26 Rue renard (Paris 4)

Coudert A.

 

1914- 1922 :

Maison Frugès (Bordeaux)

Piscine  (Rennes)

Exposition Musée Galliera Juin 1914 :

Paris-Journal 28 Juin 1914

 «  Comme nous l'avons dit, l'exposition spéciale annuelle du musée Galliera a pour thème "La statuette et le meuble qui la présente ou l'accompagne"
Parmi les ensembles mobiliers exposés […] il faut encore citer Raymond Bigot, les cheminées de Gentil et Bourdet dont deux s'appuient sur des tentures de De Feure, l'initiateur des recherches de style moderne pour le meuble. »
L’article est signé Guillaume Apollinaire

[31] Les Archives la ville de Boulogne indiquent que les hangars de la fabriques sont réquisitionnés pour le cantonnement des soldats pendant la guerre.

Hangar (1914)

Jardin du mail (Angers)

R . Brot

 

Immeuble (1914)

19 bd Strasbourg / 1 rue Metz (Paris 10)

Lefebvre

 

château du marais (1914) Salle de bains

 Val Saint-Germain

Adda

 

Boucherie ECO (1918)

 

Agache

Non localisé

[1] Un livre du patrimoine sur Boulogne indique : "Les établissements Gentil & Bourdet qui dès avant guerre [1914-1918], produisaient grès flammés et mosaïques privilégient après guerre leur production de tesselles. La renommée acquise par la firme dans la mosaïque Art Déco lui assure peu à peu des commandes qui dépassent vite Boulogne et la région parisienne. Le succès de l'établissement tient d'abord sans doute à l'intuition géniale de ses fondateurs; les architectes Alphonse Gentil et Eugène Bourdet comprennent tôt la nécessité de marier architecture et décor céramique dans un souci d'économie industrielle et de fonctionnalisme décoratif. Le triomphe des Arts décoratifs corrobore leur réussite : lauréats de la société centrale des architectes, ils participent à l'exposition de 1925, où ils exposent aux côtés des marbriers. On y découvre alors leur talent particulier, qui leur permet d'assembler des tesselles de toutes les matières (pâte de verre, marbre, céramique, verre translucide, ...), de forme et d'échelles variées jouant entre lles et avec le ciment devenu à la fois support et fond. Ce goût nouveau pour un matériau dont un élément peut avoir autant d'importance que l'ensemble s'inscrit , par ailleurs, dans une soumission constante au cadre défini par l'architecte que le décor sert et anime"

 

Pavillon frigorifique - verdurier (1919)

Rue Rafilhoux (Limoges )

Gonthier

MH

Hôtel Frugès (1920)

63 place des martyrs de la resistance (Bordeaux)

Ferret

MH

Pâtisserie " Hozier " (1920)

223 bd G.Clemenceau la Bourboule

Jarrier

MH

Cinéma Louxor Pathé (1921)

Paris

Ripey

MH

Façade " El Palacio de Hierro »" (1921)

Plaza de la constitution Mexico

Dubois-Marcon

 

Pharmacie Gros (1921- 1922)

Place Delille (Clermont-Ferrand)

Jarrier

 

Stations de métro (1921 - 1922)

Paris

Plumet

 

Poissonnerie à (1922)

La criée Place Honoré Commeurec Rennes

Le ray

 

Cinéma (1922)

L. De Romain/ F. Roosevelt (Angers)

R. Brot / M.Legendre

 

 

Non Daté - Antérieur à 1920 (ou 1922)

Kursaal

Berck

Bluysen

 

Passerelle du quai de Billy

Paris 7

Gauthier

 

Garage Peugeot

3 rue Jacques Cellerier (Dijon)

Perreau

 

 

 

1923 – 1925

Exposition 1925

 

Aménagement des bureaux de l'usine Gentil & Bourdet (1923).

 

Salon Automne Paris 1924 

Etablissement de bains (1924)

Deauville

Adda

 

Paquebot (1924) Vasque

Paquebot Champollion

Raymond

 

 

Exposition Internationale des arts décos. 1925 

 


1925-1947

Studio Building (Paris)

Huitriere (Lille)

 

[57] " Bientôt les rues de la ville resplendiront comme de grands murs tout blancs. " Cette prophétie d'Adolf Loos, lancée en 1908 Ornements et Crime, alors que Bigot et ses concurrents ferraillent encore sur les chantiers de la Ville lumière, la génération d'architectes emmenée par Le Corbusier, André Lurçat ou Robert MalletStevens s'en fait dès le début des années vingt un mot d'ordre. Si la lancinante question de l'ornement semble ainsi résolue, et celle de la couleur proprement éludée, les problèmes soulevés par la corruptibilité du béton demeurent - à peine Le Corbusier leur livre-t-il la villa-manifeste de Poissy, que les époux Savoye doivent l'évacuer : le chef-d'oeuvre prend l'eau. C'est une part du génie de Gentil et Bourdet que d'avoir adapté la nécessité persistante du revêtement céramique au purisme des modernes. La parure minimaliste du " Studio Building ", construit par Sauvage en 1926, provient de leurs ateliers.

Piscine Saint Georges 1925

Rue Gambetta Rennes

 

 

Square (1925) « Fontaine du rire »

Square Léon Blum. 52 rue Billancourt (Boulogne)

Moreau-Vauthier

 

Immeuble (1926)

100 bd Pereire (Paris 17)

Hennequet

 

Immeuble (1926)

22-24 rue Faidherbe (Paris 11)

Champy

 

Thermes (1926)

Cambo les bains Pyrénées Atlantiques

Moliné, Nicod et Sajous

 

Immeuble studio building (1926-1928).

65 rue La Fontaine (Paris 16 eme)

Sauvage

MH

Piscine des écoles groupe scolaire Paul Langevin. (1927)

2 rue Maurice Payret-Dortail  Suresnes (92)

Payret-Dortail

 

Ossuaire (1927)

Douaumont Meuse

Azema, Edrei, Hardy

 

Services ambulants PTT (1927)

Rue Charles Domecq (Bordeaux)

Jaussely

 

Librairie "beuvry berthe" (1927)

80 rue d’Arras (Bethune)

Gillon

 

Hotel (1927)

Atlantique – Emigrants (Cherbourg)

Levavasseur

 

Magasin « A l'huitrière » (1928)

3 rue des chats bossus Lille

 

 

Immeuble (1928) Mosaïque les portiques 

150 Ave champs Elysés (Paris 8)

Grossard

Détruit

La gare maritime (1928 - 1934)

Cherbourg

Levavasseur

MH

Hôtel prince de Galles (1929)

33 Ave Georges V (Paris 8)

Arfvidson

 

Caisse epargne (1929)

Place Aristide Briand (Saint Girons)

Bonnet

 

Immeuble (1929 - 1930)

17 rue Franklin - 1 rue Scheffer (Paris 16)

Hennequet

MH

Immeuble (1930)

porte des ternes

Arfvidson

 

Immeuble (1930) Fontaine

Paris

Gentil et Bourdet

Non localisé

Hotel particulier de Mme Dorgère (1930)

 Avenue Foch (Paris 16)

Thiers

Non localisé

Splendid hôtel (1930)

Dax

Granet

MH

Poste (1930-1931)

Ave Thiers- Rue Gounod (Nice)

Tronchet

 

  

 Le livre sur Boulogne [1] indique : " La firme [A. Gentil et E. Bourdet] (créée en 1905), connaîtra un remarquable développement en 1930 ". Alphonse Gentil est à cette époque vice-président d'honneur du syndicat des fabricants de produits céramiques comme l'indique l'annuaire des céramistes (cf [33] )

[57] Gentil et Bourdet anticiperont de la même manière le timide renouveau ornemental qu'autorise le " retour à l'ordre " des années trente. Ils réalisent ainsi pour le musée des Colonies, porte Dorée, un beau pavage en casse de grès. Le revêtement en casse de grès, c'est une forme d'opus incertum dont l'effet de mosaïque ne se perçoit pas de loin, ce qui flatte ce goût pour un certain dépouillement hérité des avant-gardes. Il teinte néanmoins les façades de douces nuances ocre ou jaune paille, parfois même plus tranchées . Utilisé dans l'habitat collectif pour ses vertus économiques, il l'est aussi pour les commodités d'entretien qu'il présente. Et de fait, on reste stupéfait devant l'état de ces façades qui, sans avoir subi le moindre ravalement, conservent l'éclat du neuf. Les cassons de grès sont souvent accompagnés d'un discret décor de mosaïque , associant dans leurs compositions le grès et la pâte de verre, le marbre à l'occasion, et dont les tons chatoyants s'enrichissent d'ors nuancés. De cela aussi, la maison Gentil & Bourdet s'est fait une spécialité. La mosaïque a surtout, sous l'effet de l'Exposition des arts décoratifs de 1925, envahi les devantures des cafés et des boutiques, sonnant là le glas de la faïence.

exposition Paris 1931

Musee des colonies (Paris)

Chapelle (Mont Ste Odile)

 

 


 

National City bank (1931)

Angle Ave Champs Elysés / rue de la boétie (paris 8)

Arfvidson

 

Musée des colonies – Palais de la Porte Dorée (1931)

Porte Dorée (Paris 12)

Laprade

 

Piscine (1931)

Roubaix

Baert

 

Immeuble (1931)

13-17 rue Raynouard (Paris 16)

Duhayon-Julien

 

Fondation Hellenique (1931-1932)

47 B, boulevard Jourdan
(Paris 14)

Zahos Nikolaos

 

Dépêche du midi  (1932)

42 bis rue Alsace Lorraine -15 rue Rivals (Toulouse)

Jaussely

MH

Gare (1932)

Le Havre

Pacon

 

Thermes : Bain Capucins  (1932)

Rue Liétard / Rue Sybilles (Plombières)

Danis

MH

Thermes : Bain National / Fontaine  (1932)

Rue Liétard / Rue Sybilles (Plombières)

Danis

MH

Thermes : Napoleon -Grand hotel (1932)

Ave des Etats-Unis (Plombières)

Danis

MH

Expositions de Boulogne (1933)

[1] " En 1933 est créée par des personnes proches de la municipalité, la société des Beaux-arts de Boulogne. Son président Marcel Loyau, et ses membres exposent leurs oeuvres la même année lors de la première foire exposition de Boulogne [..]. Le livret de cette exposition évoque les noms de [..], des céramistes Gentil et Bourdet. L'année suivante (1934), sont exposés les sculpteurs qui les ont rejoints [..]. En 1936 se tient également au quatrième étage du nouvel hôtel de ville qui deviendra le premier musée en 1939, un salon annuel, relancé sous l'égide de l'Union des Arts plastiques en 1947".

En fait la société des beaux-arts n’est créée que fin 1934 (cf. infra), après que des artistes eurent exposés en 1933 et 1934 aux foires expositions de Boulogne.

Hôtel de ville (1933)

Boulogne

Garnier

 

Thermes Nationaux (1933)

Aix (Savoie)

Pétriaux

 

Thermes - Kiosque (1933)

Aix (Savoie)

Pétriaux

 

Thermes (1933) Fontaine

Aix (Savoie)

Pétriaux

 

 Décès de Gentil Alphonse le  21/12/1933 .

 

Creche (1934)

5 rue Alexandre Darracq (Suresnes  92)

Maurey Maurice

 

  Création de la société des Beaux-arts de Boulogne (Fin 1934)

Paul Landowski et Paul Moreau-Vauthier en sont membres d’honneur ; Eugène Bourdet en est un membre fondateur. Quatre salons au moins, de la société des Beaux-Arts se tiendront alors entre 1934 et 1938.

Chapelle des larmes (1935)

mont St Odile

Danis

Paquebot (1935) Piscine

Paquebot Normandie

 

Douteux

Salon Automne Paris (1936)

Piscine (1936)

Place Maurice Mollard (Aix)

Petriaux

 

exposition Paris 1937

Thermes : Bain romain (1938)

Place des Bains Romains (Plombieres)

Danis

MH

Paquebot (1939) Piscine

Paquebot Pasteur

 

 

Magasin « A l'huitrière » (1940)

 3 rue des chats bossus Lille

 Méheut

 

Chapelle des anges (1947)

Mont St Odile

Danis

 

Paquebot (1953) Piscine

Paquebot Antilles

 

 

 

Non Daté - Autres References :

Immeuble

92 rue Anatole France (Levallois)

 

 

Un livre sur les arts décoratifs 1890-1940 résume : " La firme Muller ainsi que les firmes Gentil & Bourdet et Hyppolyte Boulanger, produisirent une grande partie de la céramique architecturale de l'époque. "

Outre cette production d’architecture décorative, la fabrique a également produit de nombreux objets décoratifs en grès : vases, presse-papiers, encriers, cendriers, pots à tabac, petits sujets. On peut voir certains de ses objets au musée des Années 30 à Boulogne.