Paquebot Normandie (1935)

[59] « Aucun palace à terre n'égalait le luxe et le confort de ce rêve. Le grand salon s'étalait sur 700 m2. Une perspective unique, réalisée par Patout et Bacon, permettait de traverser en enfilade la chapelle, la salle à manger et le grand Hall (perspective ininterrompue de plus de 1 10 mètres de long). Au pont supérieur, les charmes de la mer s'étendait du théâtre au restaurant-grill à travers de vastes baies grâce à l'ingéniosité de Bouwens de Boijeu et d'Expert. »

[60] « En 1935, sort le Normandie qui représente l'apogée de la construction navale, tant par son architecture que par son somptueux décor en laque, verre gravé, marbres et bois exotiques. Outre une salle à manger de 1000 m2, des salons, fumoirs, dancings, jrdins d'hiverÂ…, on pouvait pour la première fois sur un paquebot, profiter d'un théâtre. Chaque cabine était unique par sa décoration. Les plus grands artistes peintres sculpteurs, ébénistes, laqueurs, céramistes travaillèrent sur le Normandie ».

"Tout naturellement ces artistes [boulonnais] furent présents à bord des paquebots de l'entre deux guerres. G&B architectes céramistes dont l'industrie fut florissante participèrent ainsi à l'aménagement des salles d'eau, mais aussi des somptueuses piscines telle celle du Normandie recouverte entièrement de mosaïque fine"

[61] "Des carreaux de grès émaillé et des mosaïques murales aux couleurs vives courent le long des 23 m de la piscine de première classe. Au premier plan, le bain des enfants délimité par des flotteurs. La piscine donnait sur un bar bien garni et sur la salle de gymnastique".

[62] « A bord de Normandie, la piscine des premières classes avec son bar. Longue de 22, 50 m, la piscine était revêtue de 380 000 carreaux en grès émaillé blanc bleuté de la manufacture de Sèvres. Les architectes MM. Patout et Pacon avaient fait exécuter à Aubagne une frise d'après un carton de Victor Menu. Revêtement de Lenoble. (?) »