Magasin Bellevilloise - Guillouet (1925-1927) 25 rue Boyer (Paris 20)

Le site de la Bellevilloise [124] retrace l’histoire de la Bellevilloise : « En janvier 1877, aux lendemains de la Commune, dans les XIXe et XXe arrondissements de Paris encore meurtris par la répression, vingt ouvriers, parmi lesquels dix-huit mécaniciens, fondent la troisième coopérative de Belleville, un petit dépôt d’épiceries qui ouvrent deux soirs par semaine et où, à tour de rôle, après leur journée de travail, ils assurent la vente. A la veille de la Grande Guerre, forte de ses 9000 sociétaires, elle est la première coopérative parisienne, la première également du pays, à tel point qu’elle fait figure de modèle. A cette époque, dans "La maison du Peuple de la Bellevilloise", tandis que Jean Jaurès tient des rassemblements politiques au 1er étage, on expérimente au rez-de-chaussée la première vision du "commerce équitable" suivant les principes de Joseph Proudhon, s’appuyant sur une devise qui allait marquer l’histoire des échanges : "du producteur au consommateur" ».

« La première coopérative parisienne à pour projet de permettre à tous l’accès à l’éducation politique et à la culture. L’immeuble reflète cet objectif : la majeure partie du bâtiment est affectée à des salles de réunion, les activités commerciales se limitant à la boutique en façade et au café contigu. Les prises de parti de la Bellevilloise, les succès qu’elle affiche lui permettent de se prévaloir du qualificatif de "forteresse". A cette époque, La Bellevilloise crée et subventionne de nombreuses œuvres : "l’université populaire La Semaille", une bibliothèque (4000 volumes), un groupe artistique d’avant-garde "La Muse Bellevilloise", une Symphonie, l’Harmonie Bellevilloise et l’un des tous premiers cinémas de Paris "Les étoiles"… C’est aussi dans son café que l’on va célébrer les victoires électorales. C’est alors l’apogée, dès lors des luttes intestines de ses membres déclencheront sa faillite en 1936 ».

Le 25 rue Boyer fait partie d’un programme de construction de magasins pour la Bellevilloise, qui a compris :

  • 1888 – 1892 : 23 rue Boyer, dépôt de pain  (Arch.Vergnaud )
  • 1897 : 21 rue Boyer, Charcuterie (Arch . Vergnaud )
  • 1901 : 17 rue Boyer , Hangar dépôt de charbon (Arch.Vergnaud )
  • 1908 – 1910 : 19-21 Rue Boyer  , Maison du peuple - le projet englobait initialement le 23 (Arch. Chaine)
  • 1912 , 1919 : agrandissement du 23 rue boyer Vissous , Fargues
  • 1925-1927 :  25 rue Boyer, Guillouet

19-25 Rue Boyer

Photogramme A.Kahn

La participation de G&B semble limitée au 25 rue Boyer

Attribution sur la foi des motifs des catalogues