Cinéma Louxor Ripey (1921)

Le numéro du 20 mars 1922 de la revue « La construction moderne » [117] décrit « Parmi les récents cinémas, la. richesse et l'originalité du «Louxor», construit par M. Zipcy, architecte à. Paris; à l'angle des boulevards de la Chapelle et Barbès, ont été fort remarquées ».

Le site « les amis du Louxor » [128] indique :

« Henri-André Zipcy, architecte,

Les mosaïques du décor réalisées par la maison Gentil et Bourdet sont conçues par Amédée Tibéri. »

[127] Un article de Francois Loyer précise : « C’est seulement au début des années vingt que le cinéma, comme programme architectural, se distingue du théâtre ou de la salle des fêtes. […]. A Paris, le cinéma Le Louxor est l’unique survivant de cette typologie innovante. Conçu dès 1919 (le permis de construire est déposé le 03 janvier 1920 par l’architecte Henri- André Zipcy), il affiche une modernité audacieuse : structure légère composée d’un alignement de portiques extérieurs en béton, remplissage formé d’une double paroi isolante en brique creuse, habillage décoratif extérieur en mosaïque ». 

« Une riche ornementation d’inspiration Art déco couvre les parois extérieures et intérieures de la salle. De manière assez surprenante, elle fait Reference à l’Égypte antique. La découverte du tombeau de Toutankhamon n’y est pour rien (elle aura lieu deux ans plus tard). Il faut plutôt y voir une allusion à l’un des films-cultes du cinéma américain : Cleopatra, premier des grands « péplums » de l’histoire du cinéma, tourné en 1917 […]

Reste que c’est d’une manière très française que cette Reference néo-égyptienne a été traitée, dans une esthétique géométrique promue par des cercles proches de l’École des Arts décoratifs »

 

Photos « les amis du Louxor » [128]

[23] Un livre sur l'architecture des salles de cinéma indique :  "Si l'Europe se montre moins éclectique que les Etats Unis dans le choix des styles utilisés pour dramatiser l'espace de ces salles de cinéma, c'est qu'elle manifeste quelques pReferences. L'Egypte, est comme aux Etats Unis, la Reference privilégiée. A Paris seul le Louxor, porte encore trace de cet apparat dont le cinéma aimait à s'entourer. Construite en 1921, la salle s'est transformée au cours des années, mais la façade est restée la même ".

[20] Un autre livre Paris arabesques indique :" L'Egypte antique toujours défiant le temps, restait un style de prédilection pour ces grandes machines à rêver qu'étaient les salles de cinéma: Le Louxor, toujours en service sur le boulevard de la Chapelle, a malheureusement perdu le superbe décor intérieur, egypto-art déco, qui en faisait tout l'attrait. Derrière les panneaux publicitaires, c'est à peine si l'on voit encore la mosaïque dorée qui à l'extérieur tapisse les corniches à gorge ".

La façade est Inscrite au titre des Monuments Historiques  (1981)