Exposition Internationale des arts décos. 1925

 Pavillon de la ville de Paris

Décrit dans le numéro 14 de 1925 de la revue L’architecture [119]

« M. Roger Bouvard est l'auteur du pavillon de la Ville de Paris. La façade est composée de deux pavillons latéraux et d'un motif central. La tonalité des murs dont la partie supérieure imite un revêtement de marbre jaune est reposante. Des pilastres arrêtent les lignes à de bons emplacements. C'est une composition calme. Les baies sont percées en demi-octogone, elles auraient pu aussi bien être carrées ou en demi-cercle ou en anse de panier si la mode n'en était point passée. La porte centrale s'accommode très bien d'ailleurs de cette forme et les successifs méplats dégradés qui l'encadrent, font le meilleur effet dans les pans coupés du linteau. La visite des stands abrités par cet édifice est extrêmement recommandable. Presque tout l'ensemble est composé d’œuvres des écoles professionnelles de la Ville de Paris et les manifestations de l'habileté manuelle de ces jeunes élèves sont réconfortantes au possible. Elles témoignent du goût sûr et de la valeur éducatrice des directeurs que la Ville de Paris a su mettre à la tête de ses Écoles d'Art appliqué »

Décrit dans le numéro du 21 juin 1925 de la revue la Construction Moderne [117]

« Sous les arbres du Cours-la-Reine, un peu avant d'arriver à hauteur du Petit-Palais en venant de la place de la Concorde, on trouve un endroit délicieux, un lieu de repos qui serait presque un lieu de recueillement si la foule n'y était pas toujours nombreuse, c'est là l'endroit le plus charmant de l'Exposition et où s'élève le superbe Pavillon de la Ville de Paris, oeuvre de M. Roger Bouvard […] »

« La grille de la grande porte d'entrée en fer forgé a été exécutée, par La Maison Baguès, elle est d'une composition très heureuse, simple et, d'un ton bleu foncé verdâtre très agréable.  De chaque côte de cette entrée sur les deux grands blocs plats limitant les marches du perron  un socle supporte un grand vase de forme nouvelle. Ces deux vases sont dus à la générosité de la maison Gentil et Bourdet et  font honneur à cet important établissement. Ils ont été composés par MM. Aubry et Baude et obtenus par la technique de MM J.Gobled et H.Marcot.  Ils sont d'un ton gris foncé avec coulures bleu turquoise, c'est-à-dire d'une couleur extrêmement riche, de forme allongée et très haute à éléments verticaux et. géométriques, ces éléments sont à arêtes aplaties garnies de perles longues avec parties creuses triangulaires remplies par trois motifs géométriques arrondis et cannelés formant trois chutes terminées chacune par une grosse perle pendante. Le long des vases et de chaque cote s'allonge et s'élève une sorte de plan plat à ressauts aux naissances inférieures arrondies formant une longue anse surmontée par des écailles végétales. L'ensemble est réellement beau et d'une composition essentiellement  nouvelle.[…] »

« En entrant par la porte principale, située naturellement au centre du pavillon, on pénètre dans le vestibule d’honneur. Il est d’un ton général blanc crème et de composition extrêmement simple et distinguée. […] En face de la Porte d'Entrée principale s'ouvre une grande porte à deux vantaux garnis de glaces avec parties latérales à grandes glaces longues et étroites et impostes; cette porte a été composée et exécutée en fer forgé poli par l'École Dorian […] Cette grande porte d'entrée donne accès au Salon de Réception du Conseil Municipal, elle est flanquée de chaque côté par une grande baie vitrée descendant très bas, garnie de glaces. Chaque baie est bordée en sa partie inférieure et sur toute sa longueur par une jardinière du même ton que les murs, ornée de petits motifs en bois sculpté et doré de composition moderne, garnie de rosiers, d'azalées roses et de fougères diverses. Le Vestibule est meublé de deux banquettes en chêne avec dossiers et accoudoirs droits composées et exécutées par Boulle » .

Mosaïque du sol du pavillon " " Vases en grés flammé "" Architecte Bouvard,