Exposition  Internationale des arts décos. 1925

Présentation Générale

Décrit dans le numéro du 3 mai 1925 de la revue la Construction Moderne [117]

« L'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels modernes est ouverte au public depuis le 21 avril. La veille l'inauguration Officielle a eu lieu avec le cérémonial habituel pour une œuvre aussi grandiose : la plus importante des Expositions françaises depuis celle de 1900. Cette importante solennité a été célébrée en présence de M. le Président de la République entouré de tous les Ministres et Sous-Secrétaires d'Etat au milieu d'une brillante assistance réunissant toutes les notabilités  françaises et étrangères du monde diplomatique, politique, militaire, administratif et artistique. L'affluence était naturellement considérable. Au cours de sa visite aux différentes parties de l'Exposition, M. le Président de la République a pu témoigner son admiration pour les architectes et les artistes auxquels sont dues des oeuvres pour la plupart remarquables.

Vue Esplanade vers Invalides

(Nord Sud)

« Composition générale de l’exposition : L'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels modernes s'étend sur une superficie d'environ 27 hectares, englobant le Grand Palais et ses abords, le Cours la reine, le Pont Alexandre-III, une partie du Cours Albert Ier et une partie du Quai d’Orsay, l’esplanade des Invalides. »

Vue Esplanade Vers Grand Palais (Sud Nord)

« Classe 5 – Art et Industrie de la céramique  Matière : terre cuite, faïence, grès, porcelaine

Destinations  Revêtement et repavements , épis, antéfixes, tuiles et briques, mosaïques, installations de salles de bains. »

Décrit également dans le numéro 23  de 1925 de la revue L’architecture [119]

« Comme il est matériellement impossible dans un article pour lequel la place dans notre revue est mesurée, de donner une liste complète des oeuvres exposées (je m'en excuse auprès des artistes auteurs), je me vois obligé de ne donner qu'un aperçu de ce que je crois reconnaître comme une tendance heureuse du décor moderne. Je me suis seulement proposé de ne présenter à nos lecteurs que quelques œuvres hors de pair ou singulières, notées au hasard de mes découvertes. »

« Mosaïque. - On observe également un certain engouement dans l'emploi de la mosaïque, aussi bien pour le revêtement des murs que pour les dallages. Nous trouvons des spécimens de revêtements curieux et nouveaux dans les produits exposés par la maison Gentil et Bourdet et ses collaborateurs, autour des galeries couvertes, aux Invalides, ainsi que dans leur stand de la classe (porte Constantine). La matière principale qui les  compose est le grès flammé, mais dans certains échantillons s'y mêlent : la mosaïque de verre pour les effets d'or, les émaux de Venise, la pâte de verre et le marbre. La nouveauté consiste surtout dans la diversité de la dimension des éléments ; des compositions curieuses sont ainsi obtenues, dans lesquelles entrent des déchets de grès coloré, mat ou brillant, de différentes formes et dimensions, où le ciment qui sert de liant joue son rôle de fond dans l'ensemble décoratif ; il s'ensuit une variété et une richesse d'effet qui permettent, avec ce procédé, de reproduire tous les cartons décoratifs les plus fantaisistes : ornements, figures, animaux, etc. A signaler d'autres éléments intéressants créés par cette maison : le carreau de grès flammé portant de légers reliefs appelés cabochons, un autre carreau portant sur deux de ses bords des perles permettant de les utiliser pour décorer la surface murale de divisions en grands et petits panneaux carrés ou rectangulaires. La gamme de coloration de ces produits est toujours harmonieuse ; elle est variée dans les blancs, ce qui est rare, et offre ensuite des bleus délicats, des jaunes et un rouge capucine qui est une trouvaille »