Hotel Particulier - Richard (1907) 40 rue Boileau (Paris 16)

[20] "Le lien entre béton et architecture orientaliste a peut-être de quoi surprendre. Il est le fait de Anatole de Baudot [...] dont l'influence s'est exercée sur toute une génération d'architectes. [...].La multiplication des poutres courbes, leur développement en résilles géométriques pour les longues portées, les arcs surbaissés appellent d'autres images. La décoration des surfaces de remplissage par pastilles de grès émaillés -constellations de perles sur le gris des enduits- tout cela, aux yeux du promeneur, évoque irrésistiblement l'Orient. Il n'était que d'acclimater la formule pour la rendre classique. C'est ce que tenteront les élèves d'Anatole de Baudot; Joachim Richard (40 rue Boileau), Henri Deneux (185 rue Belliard) , [...]."

[10] " Remarquable hôtel particulier en métal avec revêtement des céramistes Gentil et Bourdet, construit en 1907, par Joachim Richard et Henri Audiger. Appartient à la première génération des constructions en béton, encore recouvertes de céramiques "

[8] " Richard dans l'hôtel 40 rue Boileau souligne par le revêtement céramique une structure en béton dont les formes imitent l'architecture en fer ".

[48] " Cette maison en béton armé emprunte son vocabulaire au métal.. Les poutres horizontales - en béton- sont ponctuées de cabochon en céramique imitant les rivets. Mais le béton, ni le fer n'étant socialement avouables, ni sans doute esthétiquement, tout est dissimulé, y compris le langage des formes, qui à partir de lignes empruntées au fer dérive vers un style pseudo mozarabe "

[57] "Cet hôtel particulier de Joachim Richard et Henri Audiger est l'une de ces premières constructions en béton (1907) dont on s'efforçait de dissimuler la grisaille sous un important appareil décoratif de céramique. Les ateliers G&B livrèrent ici différents motifs géométriques ou floraux en grès qui s'accordent tant bien que mal à l'inspiration mozarabe de l'édifice.

Décrit dans le numéro du 22 avril 1911 de la construction moderne [117], qui souligne « les façades sont claires, égayées par le grès flammé qui en forme l'élément décoratif : celui-ci se trouve serti par des bandes de ciment et forme comme une enchâssure qui vient souligner et accuser franchement et nettement le système de construction. »